Hello, welcome to Onboard Magazine please use the links below to jump to a specific section.

Navigation Search Content Other Mpora Sites

Happy Tapping - Tonton Holland

11:17 25th October 2007 by Onboard Snowboarding
Share:

Photo: Pat Vermeulen.
Text: Youri Barneoud.

To read this in French, go to page 2.

Word filtered through to Onboard HQ that Anthon ‘Tonton’ Holland just got hooked up by Imperium Snowboards after a frankly puzzling period – considering the man’s sizeable talent – of not having a board sponsor. This, coupled with us recently getting stoked out with his part in Purple Yeahh, left us no other option but to fire up the Happy Tapping machine and find out what’s been going on in his world.

Onboard: Salut Tonton. I just heard that you were going to ride for Imperium. True or false?
Tonton Holland: True! I’ll be riding Imperium boards from now on! In fact, I’ve been working for years with Demonium Camps in Diablerets and as it happens they also distribute Imperium in Switzerland, where I live. Looking how hard it is nowadays to find a sponsor that pays you money, it was logical to develop our collaboration. And we found an agreement that satisfies us both.

OB: The brand is keen on pro models. Are you going to get one?
TH: It only just happened, so we haven’t spoken about it yet, but who knows!

OB: If you do so, will you get the design done by the same tattoo artist again, Christian Nguyen?
TH: Of course! I still love what this guy does!

OB: Ok well now we’re at it, tell us about that good old friend we both have in common.
TH: Christian is the tattoo artist that did all my tattoos. I met him back in 2003. After winning the Fabulous Tournament in Flaine that year, I decided to put the money into a big tattoo all over my arm that I wanted for a long time. I had heard about Christian from Romain Demarchi, who had his arm and his leg done in his studio. I always loved the Japanese culture, and their art of tattoo in particular. That’s why I trusted Christian: he’s a specialist in Japanese tattoos, and he’s very talented. It took him about 35 hours to do my whole arm and the pectoral. He’s also very good at developing a project. You tell him your ideas and he always finds a cool way to put it on paper – and then on skin. But it’s an expensive addiction, especially when you want big ones! Check his stuff out: www.inkvaders-tattoo.com

OB: I just saw Purple Yeahh – super cool video, very original as well. Without killing the suspense – because it will be out on Onboard at the end of December – you got a killer part in it. How did it go with the Yeahh crew last season?
TH: The producers of the movie asked Volcom if I could shoot for the video. I had seen their previous one, Public Yeahh, and I really liked the spirit around it. It got me motivated to film with them. I think Martin and Darryl are very creative guys, and they have a very special vision of snowboarding, which also correspond to the way I see it myself.

OB: And that crazy 10. Where did that come from?
TH: Ahah! Well we were in Trysil at the end of the season to shoot with Yeahh and Volcom. We had a pretty good session the day before on another kicker, but I always tended to overspin it. In 10 or 12s, which was quite funny. So on that day on the big kicker that Klaus from the Arctic Challenge shaped all night, I really decided to go for it! It was very warm and very windy, and we had to put a lot of salt on the run in. We were taking about 300 to 400 meters run in to get the right speed. And that was a minimum! But following Klaus’s advice, we waited until end of afternoon and it got a bit colder but the wind got stronger and it was still not perfect. That’s when Tato, in a true Italian Kamikaze style, decided to get towed in to get even more speed. The sled was hitting 95km/h to get us over the knuckle! So it was a bit scary… Especially because I was riding supermarket boards that day, and I could only spin backside without losing control. I did 540, 720, 900, then I thought it would be quite easy to go for the 10. About 3 seconds in the air spinning a ten, that was a great feeling I can tell you.

OB: To get a part like that, how much work does it takes? How many days of filming?
TH: Not enough for my liking! I was with the crew for one week in Davos in December, two days on rails around my place in January, three weeks in Whistler in February – with only one-and-a-half days of good weather. Then three days in Crans-Montana at the end of the season, and one week in Trysil right after, with only two days on the board. I would have liked to have more time with them, but it’s not always easy to get it organized when you don’t have a big travel budget, especially after a season like we had in the Alps! I regret one thing, that I don’t have enough backcountry stuff. But if I do it again with them this season, I’ll make sure I get more pow tricks in.

OB: In the video, you’re riding that strange board I’ve never seen before. What is it?
TH: It’s a Ninthward. It’s actually Mickael Deschenaux’s ski brand. They made some boards last season, and since Demonium is doing the distribution, they sorted me a little deal out. But as I was saying, they’re more like supermarket boards, very low end, with a foam core. It was a good hook up to help me out for the winter, but I couldn’t do another season like that. Breaking a board every three days, it’s just not possible. I needed better boards and that’s why I’m stoked to be on Imperium now.

OB: How about the music in your part, did you get to choose it?
TH: Martin and Darryl had already used this tune for a little teaser. Martin asked me if that didn’t bother me to use it for my part. Personally, I would have had something a bit more hip hop, but I trusted the guys for the editing, and at the end when I look at the whole thing, I think it was a pretty good move that they did. From beginning to end, the music sticks to the image, and I think they did an amazing job. And especially with that intro!

OB: You didn’t have much time for contests did you?
TH: I did 4 contests: 3 five stars TTR ones, and the Shakedown in Saint-Sauveur. I broke my board at every single one so it wasn’t easy. But I was happy to make it to the 6th place three times on the TTR. I made it to the Top 100, yeah! With 6 contests I could have ranked in the Top 50 I think, but I’m happy with my season to be fair. I think I’m still not too bad compared to the young upcoming riders who are riding contest after contest all season. It’s a strange feeling to feel older in those competitions. Maybe I should enter the Senior category soon, hahaha!

OB: What are your plans for the coming season?
TH: Difficult to say at the moment. It will depend on the conditions. For now, it’s gonna be the usual plan: coaching at the Demonium camp in Les Diablerets. We’re waiting for you guys, by the way! Our shaper in chief Nicolas Marduel did a killer job again, and we now have a renovated Budokan chalet, and a Backyard area for the bad weather days. Then it will also depend on my travel budget, but I hope I can shoot with the Yeahh crew again. And I hope to do some contests as well. I will also be the consultant of the park for the “Champs” in Crans-Montana (TTR five stars). But in general, I organize my season month by month.

OB: In your last interview in Onboard (November 2005), you were saying that your lack of presence on the scene was due to the fact you’re a really bad businessman. Do you still think it’s the case?
TH: No, I think I made some progress on that… But you also know how it works in this industry: the monopoly of the big brands in the media. That doesn’t leave much room for riders like me, a little bit more independent. I don’t want to talk politics, because I will be spanked again for it, I just know that the industry doesn’t like when riders talk like that.

OB: What’s the dream still to accomplish in your snowboarding career?
TH: I have two, maybe not so original. But I want to ride Alaska at least once. And to go to Japan. Not only ride there, but have a full long trip to discover the whole culture. But going there is just impossible for me at the moment, with my small budget.

OB: Any ideas for your next tattoo?
TH: Yes and no. I want to get the other arm done, but it’s on hold for the moment. I wish I could do it now, but once again it’s a budget issue!

OB: You were also saying in 2005 that you started golf. Any progress on that front?
TH: Not really. I didn’t play for about two years! It’s a super rich man’s sport in Switzerland, so it’s not a priority.

OB: And did you develop a new addiction I the meantime?
TH: I guess you can call it an addiction: it’s Capoeira. I started last autumn, and it’s really amazing. And really good for the balance, too. But I have to go to Lausanne for that, and I don’t have the time for it during the season. Also when I wasn’t riding, I was helping to renovate the Budokan chalet that I was telling you about earlier. As I said, I’ve got other priorities at the moment. But I want to continue, for sure.

OB: You probably noticed that we moved Onboard to recycled paper. Do you think we as an industry make enough effort to push the green cause?
TH: We can never make enough effort for it. But it seems that the snowboard industry is getting more and more involved in that, which is only normal really. I’m happy to see that our sport is pushing for this. It’s what it takes to get people conscious about the real dangers of pollution and so on. Nobody doubts now that it affects climate conditions. But we need a general mobilization for it, and a political will to make a change in our habits, way of life etc. The present counts, but more important is the state we’ll leave our environment in to the future generations.

OB: Ok, to finish with this, a short quickfire round… Your last sleepless night?
TH: Wow! Long time ago. I can’t remember.

OB: Your last black day?
TH: Every first day of the month, when bills gather on my desk and my bank account goes into the red.

OB: Your last blank page?
TH: Since I’m not asked to write something very often, this one was a hard one! But it’s always a pleasure to answer your questions ; )

OB: Your last memory blank?
TH: Well I can’t remember, I’ve got memory blank now… Good excuse hey!

OB: Your last achievement?
TH: Finding a board sponsor that’s keen on paying me, and not just giving me free boards and some stickers.

OB: Your last black thought?
TH: Stop snowboarding, and get a more stable situation.

OB: OK, thanks Tonton. please give your shoutouts…
TH: Volcom, Vans, Von Zipper, Demonium, Imperium, Grenade, Skullcandy, Vegas skate, my family, my girl Steph, my friends Dré, Dim, Paco, Nico, Jules, FX, Buffalo, Peter, Seb, Jan, Youbi, Illia, Mika and all the other friends that I couldn’t mention here without filling up the whole page…

Name: Anthon ‘Tonton’ Holland
Age: 30
D.O.B.:  ?
Nationality: French/Australian
Hometown: Leysin, switzerland
Stance: 59 cm 24°,-12°

Board of choice: Imperium
Boots: Vans 
Bindings: At the moment, a Burton/ROSSIGNOL hybrid
Outerwear: VOLCOM
Goggles: VON ZIPPER

Photo: Pat Vermeulen.
Texte: Youri Barneoud.

Nos espions (je me demande encore pourquoi on les paye, ceux-là) nous avaient informés que monsieur Anthon Holland venait de signer chez Imperium snowboards, la marque de Demir Julia. Il nous fallait vérifier cette information en allant traquer le talentueux rider français dans sa tanière suisse de Leysin. L’occasion aussi de parler de la sortie de Purple Yeahh, un film de planche à neige dans lequel Tonton a une part plutôt détonnante, et de bien d’autres choses encore…

J’ai entendu dire que tu allais rider pour Imperium. Info ou intox ?
Info ! On va effectivement me voir rider des Imperium…. En fait, c’est Demonium qui prend la distribution des boards Imperium pour la Suisse. Ça fait déjà un bout de temps que je collabore avec Demonium, pour les camps d’automne aux Diablerets. Etant donné, les difficultés à trouver un sponsor rémunéré, il était assez logique qu’on développe un peu plus notre collaboration. On a donc réussi à trouver un arrangement qui nous satisfasse tous.

Sachant qu’Imperium est basé sur des pro models, vas-tu en avoir un aussi ?
Ça vient tout juste de se faire. On n’a donc pas encore vu la question avec Imperium. Qui sais…

Si c’est le cas, ta board Imperium, tu vas la faire dessiner par Christian N’Guyen encore une fois ?
C’est sûr, si Imperium me fait une board, je demanderai à Christian de faire à nouveau la déco. J’adore ce qu’il fait.

Bah, tant que tu y est, parles-nous un peu de ce Christian, qu’on connait bien tous les deux !
C’ est mon tatoueur. J’ai fait la connaissance de Christian (www.inkvaders-tattoo.com, ndlr) en 2003. Après avoir gagné le premier Faboulous Tournament à Flaine. J’avais enfin le budget pour me faire une grosse pièce. Cela faisait des années que je voulais me faire tout le bras. Et après m’être fait quelques pépettes, à Flaine justement. J’ai demandé le contact de Christian à Romain Demarchi, à qui il a fait le bras et la jambe. J’ai toujours aimé la culture japonaise, surtout leurs tatouages. C’est pour ça que je me suis tourné vers Christian. Il est particulièrement doué dans ce domaine-là. Cela m’a pris 35 heures sur deux ans environs pour me faire tout le bras et le pecto. Il est incroyablement doué, et pas uniquement dans le japonais. Il maîtrise, un peu tous les styles et il est parfait pour développer un projet. Il a vite une vision de tes idées et le pire feeling pour les mettrent sur le papier. Ça fait longtemps que je ne l’ai pas vu… Et oui ! Le tatouage est une addiction assez onéreuse. Surtout quand tu veux te faire de grandes pièces…

J’ai vu Purple Yeahh récemment, super vidéo d’ailleurs, originale et tout. Sans tuer le suspens – vu que la vidéo sort en décembre avec Onboard – tu as une part de malade là-dedans, comment ça s’est passé avec eux ?
Les producteurs de Yeahh ont demandé à Volcom si je pouvais faire partie du crew de cette année. J’avais vu la précédente vidéo et j’avais bien aimé le spirit du film. Ça m’a tout de suite bien motivé, l’idée de filmer avec eux. Et je ne regrette pas l’ aventure : Martin et Darryl sont vraiment cool. Ils ont une vision du snowboard et de ce qui l’entoure qui correspond assez bien à la mienne.

Et ce 1080 de ouf, il vient d’où celui-là ?
On était à Trysil en toute fin de saison, pour shooter avec Yeahh et Volcom. On avait fait une session la veille sur un kick un plus haut. J’avais tendance à over spinner, et à me retrouver en 1080 ou en 1260. C’était assez drôle… Le lendemain, on attaquait le gros kicker, que Klaus de l’ Arctic Challenge avait shapé toute la nuit. Il faisait monstre chaud, et il y avait pas mal de vent. On avait salé tout le run et pourtant, malgré les 300 ou 400 mètres d’élan, ça passait à peine. Suivant les conseils de Klaus, on décidait de faire un break et de reprendre en fin de journée, pensant que le vent finirais bien par se tasser… Fin de journée, plus de vent encore, que dans l’après-midi. On pensait presque que la session étais foutue. C’ est la que Tato, en bon kamikaze italien, c’ est motivé à se faire tracter en sled. Ça passait enfin… 95 km/h en tow-in : ça fout les boules ! Surtout quand c’est le plus gros kick que tu as jamais ridé ! Enfin bref, je ridais des boards de supermarché ce jour-là. Je pouvais tourner qu’en backside sans me faire frayeur. Après avoir poser 540, 720, 900, je me suis dit que ça passerais comme une lettre a la poste en 1080. Tellement de air time (3 secondes à peu près) ! C’était l’occasion d’essayer… Et voila!

Une part comme ça, ça représente combien de jours de ‘boulot’ ?
Pas assez, à mon goût… En gros, j’ai passé, une semaine vers Davos en décembre, deux jours de rail par chez moi en janvier, trois semaine à Whistler en février (dont un jour et demi de beau), deux ou trois jours à Crans-Montana en fin de saison, et une semaine à Trysil en toute fin de saison (avec 2 jours de ride). C’est sûr, j’aurais voulu filmer plus avec eux. Mais c’est pas toujours facile d’organiser sa saison quand on a pas le pire budget pour voyager… Surtout après une saison comme celle qu’ on vient de passer ! J’ ai juste un seul regret, c’est de ne pas avoir plus de tricks en backcountry. Mais c’est sûr que si je rempile avec eux, je ferai tout pour avoir plus de tricks en pow.

Dans la vidéo, on te voit rider avec une board étrange, c’est quoi cette marque en fait ?
C’ est Ninthward. C’est la marque de ski de Mickael Deschenaux. Ils ont sorti des boards la saison passé. Et vu que Demonium distribue en Suisse, il m’ ont dépanné la saison passé. Mais comme je te disais, c’était des planches de supermarché, vraiment bas de gamme, avec un noyau mousse. Ça m’a vraiment dépanné, mais c’ était pas possible de refaire une saison comme celle-là. À raison d’ une planche tout les trois jours, c’ est juste pas possible. Trop de stress, trop de casse… Il me fallait logiquement des boards de meilleure qualité. C’est pour ça que cette année je vais rider Imperium.

Et la musique sur ta part, c’est toi qui l’a choisie ? Ça se passe comment dans ces cas-là ?
Martin et Darryl avaient déjà utilisé cette musique pour un petit teaser. Martin m’a demandé si cela me dérangeait d’utiliser cette chanson pour ma part. Un autre tune, un peu plus hip-hop, ne m’ aurait pas dérangé. Mais j’avais entièrement confiance en Martin et Darryl pour le montage, et finalement quand je vois l’ensemble de la vidéo, je trouve le choix des musiques plutôt judicieux. Du début à la fin, la musique est juste trop adéquate. Il n’y a pas un moment où la musique ne colle pas avec les images. Ils ont fait un job incroyable pour le soundtrack je trouve. Tout spécialement pour l’intro du film.

Et le reste de la saison, tu as fait quelques contests aussi, il me semble ?
Alors cette saison, j’ai fait quatre contests : 3 TTR (5 étoiles) et le Shakedown à Saint-Sauveur. Sur ces quatre contests, j’ai cassé ma planche à chaque fois. Je suis relativement content, étant donné que je me suis classé trois fois 6è en TTR. Ce qui me classe presque dans le top 100, en trois contest, alors qu’ il en faut 6 pour faire son classement final. J’aurais pu me classer dans le top 50, je pense, si j’avais fait plus de contests TTR. Dans l’ensemble je suis content de ma saison. Je me dis que je ne suis pas encore trop dépassé par les p’tits jeunes qui bouffent du contest à longueur de saison. Maintenant, j’approche la catégorie Senior ! Ça fait toujours bizarre d’être le plus vieux sur certains contests…

Et pour cette année, quels sont tes plans ?
Difficile à dire pour le moment. Tout va dépendre des conditions de neige. Pour l’automne comme d’habitude, on me retrouvera aux Diablerets pour coacher, avec Demonium. D’ailleurs on vous y attend, et de pied ferme ! Avec le park shapé par Nicolas Marduel et le Chalet “Budokan” totalement rénové, et le Backyard, pour les jours de mauvais. Pour la suite, tout va dépendre de mes budgets, des conditions de neige et surtout, si je réitère mon aventure avec Yeahh ! Je pense aussi participer à quelques contests. en fonction des invitations. D’ailleurs je serais consultant pour le park du “Champs” à Crans-Montana (5 étoiles TTR). Sinon en général, j’organise ma saison de mois en mois…

Dans ton interview Onboard en novembre 2005, tu disais que ton manque de présence sur la scène snowboard s’expliquait par le fait que tu es un très mauvais businessman. Penses-tu que ce soit toujours le cas ?
Non, je pense m’ être passablement amélioré ! Mais toi-même, tu sais comment marche cette industrie : le monopole des grandes marques dans les médias. Ça laisse jamais beaucoup de place pour des riders un peu plus indépendant comme moi. Mais je ne veux pas faire de politique, car on va encore me le reprocher. Et je sais maintenant que l’industrie n’aime pas qu’on s’épanche sur les défauts de son fonctionnement.

Quel est le plus gros rêve que tu n’as pas encore accompli en snowboard ?
J’en ai deux, pas très originaux… Je rêve de rider au moins une fois en Alaska. Et le deuxième, qui me tient plus à cœur, c’est de faire le Japon. Je suis juste passionné par ce pays et sa culture. Mais rider là-bas, sans contact sur place, c’est presque impossible pour quelqu’un qui a un petit budget.

Des idées pour de nouveaux tatouages ?
Ma foi, oui et non. J’avais le projet de me faire l’autre bras, mais pour l’instant, c’est en stand by. C’est pas l’ envie qui me manque, mais le financement. You know!

Tu disais aussi en 2005 que tu t’étais mis au golf. As-tu fait des progrès ?
Pas vraiment. Cela fait presque 2 ans que j’ ai pas joué ! En Suisse, c’ est vraiment un sport de riche. Alors je fais passer mes priorités avant : factures, loyer, etc.

Entre temps, es-tu tombé dans une autre addiction? Genre poker, curling ou pêche à la mouche ?
On peut dire que c’est une nouvelles addiction : je me suis mis à la Capoeira l’automne passé. C’ est chanmé ! Vraiment trop bien pour un bon équilibre physique. Mais voilà, c’est à Lausanne et pendant la saison, impossible de descendre à l’ entraînement toutes les semaines. D’autre part, j’ai occupé mon entre saison à travailler sur les rénovations du “Budokan”, pour pouvoir boucler les fin de mois. Ça me manque vraiment, mais comme je disais, j’ai des priorités pour l’instant. Alors ça aussi, j’ ai dû mettre en stand by. Mais je ne désespère pas de m’y remettre dès que possible.

Tu as vu qu’on était passé sur papier recyclé, je pense. Trouves-tu que l’on fasse tous assez d’efforts dans ce sens, dans le monde du snowboard ?
On ne fait jamais assez d’ efforts pour l’environnement. Mais c’est vrai que l’industrie du snow est assez consciente des problèmes climatiques. Etant donné que cette industrie est directement liée à la météo, c’est un peu normal. On peut toujours faire mieux, c’est sûr. Mais comparé à d’ autres industries, il y a de réels efforts qui sont accomplis. Petit à petit, la prise de conscience se fait, pour peut-être un jour avoir une réelle incidence sur ces problèmes. Tout ce qui compte, c’est une mobilisation générae,l et une volonté certaine de vouloir changer les choses. L’important, ce n’ est pas le présent, mais c’est de savoir quel futur nous voulons léguer au prochaines générations

Pour finir, une petite interview Black & White : Ta dernière nuit blanche ?
Oulaà ! Ça remonte à trop longtemps… M’en souvient plus !

Ton dernier jour noir ?
Tous les débuts de mois, quand je vois les factures s’accumuler, et mon compte en banque diminuer.

Ta dernière page blanche ?
Vu qu’on me demande pas souvent d’ écrire quelque chose… Mais c’ est toujours avec plaisir que je répond à tes questions !

Ton dernier trou noir ?
M’en souvient plus… C’ était le trou noir ! (bonne excuse, n’ est-ce pas ?)

Ton dernier chou blanc ?
Trouver un sponsor de planche qui veuille bien me payer plus que quelques planches et quelques stickers par saison… Mais j’ai trouvé !

Ta dernière idée noire ?
Arrêter le snow pour avoir une situation plus stable.

OK, bon! Shoutouts?
Volcom, Vans, Von Zipper, Demonium, Imperium, Grenade, Skullcandy, Vegas skate, ma famille, Stéph (ma moitié), et les amis: Dré, Dim, Paco, Nico, Jules, FX, Buffalo, Peter, Seb, Jan, Youbi, Illia, Mika… Et tous les autres que je n’ai pas cité parce qu’il n’y aurait pas assez de place sur la page!

Name: Anthon ‘Tonton’ Holland
Age: 30 ans
D.O.B.:  ?
Nationality: Français, Australien
Hometown: Leysin- Suisse
Stance: 59 cm 24°,-12°

Board of choice: imperium
Boots: Vans 
Bindings: Ces temps-ci, des hybrides Burton/Rossignol
Outerwear: VOLCOM
Goggles: VON ZIPPER

X
Thumbnail for Happy Tapping - Tonton Holland

Also in Features

Onboard's 2007/2008 Snowboard Movie Review - Part 1

Read More